Application disponible sur

Flash infos:
Politique Publié le 17 septembre 2021

Condition d’éligibilité/Retour de la limitation d’âge: Pourquoi l’opposition tremble !

Crédit photo: Retour de la limitation d’âge

Pourquoi l’opposition tremble !

La réintégration de la limitation de l’âge, à 75 ans, dans les conditions d’éligibilité à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, brisera certainement des ambitions. Plus précisément dans les rangs de l’opposition ivoirienne amenée respectivement par Henri Konan Bédié, 87 ans, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) et Laurent Gbagbo, 76 ans, revenu de La Haye le 17 juin 2021.
Le premier, Henri Konan Bédié, continue d’entretenir le mystère sur ses intentions pour 2025. Mais tout le monde au PDCI sait que M. Bédié n’est pas prêt à passer la main de son vivant. Le débat sur la succession et le passage de flambeau à une nouvelle génération n’ont jamais été à l’ordre du jour… Quand Laurent Gbagbo, lui, ne fait aucun mystère sur ses ambitions présidentielles en 2025. Interrogé le 28 juin dernier sur son avenir politique, le président fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) a été très clair. « Moi, je n’exclus rien. Je suis en politique. J’ai demandé à la direction de mon parti de me laisser faire mes deuils, surtout pleurer ma maman, et puis après, je suis un soldat. Je suis au garde-à-vous ». Du haut de ses 76 bougies bien comptées, le Woody de Mama pense toujours qu’il est bon pour le job. C’est bien dans la perspective de 2025 que l’ancien président ivoirien s’est décidé à créer son nouveau parti politique, abandonnant le FPI à Pascal Affi N’Guessan…
Alassane Ouattara est en fait le premier à s’inscrire dans la dynamique du passage de témoin. Depuis 2018, n’avait-t-il pas clairement émis le vœu de passer le flambeau à une nouvelle génération ? Le 16 juillet 2018, lors de l’Assemblée générale constitutive du parti unifié, l’ancien directeur général du FMI avait laissé clairement transparaître cette option, en ces termes : « Le RHDP est né de la vision clairvoyante de chacun d’entre nous, bien plus importante que nos ambitions personnelles et les ambitions de nos partis. Cette alliance durera, elle vivra. Nous devons travailler main dans la main, le président Bédié et moi, pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020 ». Mais, à cause de la divergence de vue entre lui et son aîné Bédié, le président Ouattara a dû nuancer sa position en faisant valoir, dans le Hambol, le 2 décembre 2019, que tous ceux de sa génération devraient se retirer de la scène politique, sans exclusive... Et le 5 mars 2020 devant le Parlement réuni à Yamoussoukro, Alassane Ouattara a réitéré cette même ambition. « Je voudrais, vous annoncer solennellement, que j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération. Cette décision est donc conforme à ce que j’ai toujours dit, à savoir, qu’il faut laisser la place à une jeune génération, à qui nous devons faire confiance ; des jeunes ivoiriens honnêtes, compétents et expérimentés, qui ont appris à nos côtés, comme nous l’avons fait aux côtés du Père de la Nation, le Président Félix Houphouët-Boigny ». Une option qui sera contrariée par le décès de feu le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly… Si cette décision de ramener le plafond de l’âge requis pour être candidat à 75 ans, venait à être adoptée, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo n’auront aucun autre choix que de se plier. 

L'Avenir.ci

Commentaires