Application disponible sur

Flash infos:
Politique Publié le 2 novembre 2021

Comment Guillaume Soro a vendu du vent à l’opposition

Crédit photo: : Guillaume Soro (à gauche) a mis Bédié (à droite) dans le vent. (PH.DR)

Écarté, avec d'autres candidats, du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, l'ex-président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, est monté au créneau pour mettre toute l’opposition en branle en vue de boycotter ce scrutin, au besoin, par des actions subversives.

Et Soro n’a pas fait mystère de son intention d’empêcher la bonne tenue de cette élection. L’objectif étant de décrédibiliser au maximum, le processus électoral. « Écrivez ça et gardez : Il n’y aura pas d’élection le 31 octobre », ne cessait-il de clamer sous les vivats de ses partisans, dans les salons feutrés, depuis son exil parisien.

Obnubilée par la rhétorique du « Tout sauf Ouattara », l’opposition ne s’est pas fait prier pour s’inscrire dans cette logique belliqueuse du faux brave.

Ainsi peut-on expliquer le fait que Pascal Affi N’guessan, président du FPI et Henri Konan Bédié, leader du PDCI-RDA, tous deux retenus pour la présidentielle, aient appelé au boycott actif par « tous les moyens légaux ».

Malgré ses incessants appels à l’insurrection auxquels l’opposition a fini par succomber, le projet de  déstabilisation de l’ex-leader de la rébellion, a finalement tourné en eau de boudin.

 

Olivier YEO

Commentaires