Application disponible sur

Flash infos:
Politique Publié le 25 octobre 2021

Après la naissance du PPA-CI : Le plus dur commence pour Gbagbo

Crédit photo: Laurent Gbagbo a plusieurs défis à relever après la création du PPA-CI. Photo : (DR)

L’ex-président Laurent Gbagbo a été élu président du Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), à l’issue d’un congrès constitutif qui s’est tenu à Abidjan les 16 et 17 octobre 2021.

 

Le Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), un parti de la gauche ivoirienne qui a été porté sur les fonts baptismaux les 16 et 17 octobre 2021 à Abidjan. L’ancien chef de l’État Laurent Gbagbo a été élu à la tête de ce parti. Avec la naissance du PPA-CI qui marque ainsi son retour sur la scène politique ivoirienne après 10 années d’absence, le plus dur commence pour Laurent Gbagbo. En effet, l’ancien pensionnaire du pénitencier de La Haye sera confronté à plusieurs challenges avec la mise sur pied de ce nouvel instrument politique. D’abord, le défi de l’implantation du PPA-CI à travers la Côte d’Ivoire. Ensuite, celui de l’enrôlement des cadres de son ex-parti (FPI) dans cette nouvelle formation politique et enfin, la bataille de l’opinion publique. Concernant le premier défi, l’ancien chef de l’État devrait impérativement étendre ses tentacules au niveau national en sillonnant villes, villages, hameaux et campements du pays pour avoir une base nationale. Cette tâche ne sera pas aisée pour Laurent Gbagbo, puisqu’il entend reconquérir le pouvoir d’État avec le PPA-CI dans moins de quatre ans, notamment à la présidentielle de 2025. Quant au défi de la reconstitution de l’élite politique qui était autour de lui au sein du FPI (qu’il a abandonné aux mains de Pascal Affi N’Guessan), l’ex-président ne l’a pas encore réussi avec l’absence remarquée de plusieurs figures de proue de la galaxie Gbagbo dans cette nouvelle aventure. Notamment, l’ex-Premier ministre Pascal Affi N’Guessan (qui est désormais le seul et unique président du FPI), l’ex-Première dame Simone Ehivet Gbagbo et Charles Blé Goudé, l’ancien chef des « Jeunes Patriotes ». Le premier cité, Pascal Affi N’Guessan, le président légal du FPI, a longtemps disputé la présidence de ce parti avec Laurent Gbagbo qui se proclamait « Président Légitime ». Étant le seul et unique président du FPI, celui-ci n’envisage donc pas pour le moment, une quelconque alliance avec le PPA-CI de son ancien mentor. Pour ce qui est de l’ex-Première dame, Simone Gbagbo, même si elle n’a pas encore ouvertement dit non à Laurent Gbagbo, elle ne semble vouloir adhérer à ce nouveau parti dont elle dit être « sceptique ». Quant à Charles Blé Goudé, il est lui aussi dans la tergiversation et n’a pas encore annoncé son adhésion au PPA-CI, malgré l’appel à l’union de Laurent Gbagbo. Enfin, le troisième défi auquel est confronté l’ancien chef de l’État, est celui de l’opinion publique vis-à-vis du PPA-CI. Et à ce sujet, les « sorties de route » de Laurent Gbagbo pendant ses adresses dans les médias pourraient le desservir. En témoigne son dernier entretien qu’il a accordé à la télévision française « France 24 » où Laurent Gbagbo, en tant que belligérant et acteur majeur de la crise postélectorale de 2010-2011 (qui a fait plus de 3000 morts), ne semble pas être disposé à demander pardon à la Côte d’Ivoire en général et aux victimes en particulier, comme l’a fait son ex-codétenu Charles Blé Goudé. Cette position de M. Gbagbo a choqué plus d’un, au sein de l’opinion publique nationale et même internationale et pourrait lui être préjudiciable dans la perspective du positionnement de son nouveau parti politique.

 

Lahassana Barro

 

 

Commentaires